Le Centre Pan-russe des expositions

Centre Pan-russe des expositions

Situé dans le Nord Est de la capitale, entre les stations de métro Botanitcheskaya sad et Alekseevskaya, le Centre pan-russe des expositions est l’un des lieux les plus visités de la ville avec plus de 15 millions de visiteurs par an.

A l’origine en 1939, c’était une foire exclusivement agricole dédiée aux kolkhozes (les anciennes coopératives agricoles soviétiques).
Dans les années 1950, l’Exposition agricole de toute l’Union est devenue l’exposition des réalisations économiques de la population (VDNKh) afin d’y afficher les progrès soviétiques dans de nombreux domaines comme  l’industrie, la science ou encore l’aéronautique et l’aérospatiale.

En 1992, à la fin de la période soviétique, ce parc fut rebaptisé Centre Pan-russe des Expositions et une bonne partie des pavillons furent rachetés par des sociétés privées. Lire la suite…

Saint Pétersbourg et les écrivains

Capitale culturelle de la Russie, la ville de Saint Pierre, qui a été par le passé appelée Petrograd puis Leningrad durant la période soviétique avant de se réapproprier son nom d’origine, a vu naitre, passer, vivre et mourir de nombreux artistes, dont beaucoup d’écrivains et de poètes.
La ville qui était autrefois la capitale de l’Empire Russe intriguait nombres d’artistes qui venaient y chercher un souffle d’inspiration. Une cité bâtie sur l’eau, empêtrée dans des hivers glacés et très sombres, puis joyeuse et insomniaque en été avec ses nuits blanches, et dont les habitants avaient la réputation de devenir fous. Une ville célèbre pour la beauté de ses bâtiments, ses célèbres avenues, la Perspective Nevski, sa position géographique (en pont entre la Russie et l’Europe) et son incroyable richesse culturelle. Parmi les écrivains russes majeurs, nous citerons Gogol dont les romans « la perspective Nievski » ou encore ses « Nouvelles de Saint-Pétersbourg » avaient pour thème cette ville à l’ambiance à la fois lourde, pesante,  fraîche, fantastique et paranoïaque. Lire la suite…

Un récit sur Vladivostok

« Vladivostok , neige et moussons » c’est le titre de cet ouvrage rédigé par Cédric Gras, un jeune français amoureux de la Russie et grand voyageur, qui a vécu quelques années dans la ville portuaire russe.
Directeur de l’Alliance française de la ville qu’il a contribué à mettre en place, cet universitaire attiré par les destinations lointaines, nous fait partager son expérience de cette ville atypique, emprisonnée dans une baie, à l’ambiance à la fois conviviale et chaotique, son climat, ses jolies femmes…

Vladivostok, terminus du Transsibérien est une destination mythique et un objet de fantasme dans l’esprit de bien des voyageurs. C’est ce que l’on pourrait appeler le « far-east », le bout de l’extrême Orient. C’est également une porte vers le Japon et la Corée, avec de très nombreux Russes originaires de Vladivostok qui travaillent dans ces pays voisins ou qui y font du commerce (notamment dans l’importation de voitures d’occasion des grandes marques asiatiques).
Si de très nombreux voyageurs s’y arrêtent ou en font leur point de départ vers l’Asie centrale et la Russie Occidentale, peu sont ceux qui s’installent vraiment à Vladivostok. C’est là tout l’intérêt de l’ouvrage de Cédric Gras.

La fameuse « place rouge »

La place rouge, tout le monde ou presque en a entendu parler ou en a vu des images à la télévision ou sur internet. C’est La carte postale russe, le lieu de Russie le plus célèbre au monde
C’est au cœur même du centre de Moscou, et c’est forcément l’endroit qui rassemble le plus de touristes dans toute la Russie. D’ailleurs, lorsque vous arrivez à l’aéroport de Moscou, de nombreux taxis ou agents touristiques vous proposent de vous y amener ou de vous y guider.
C ‘est là que se concentrent les attractions touristiques les plus célèbres de la ville voire du pays. Cette grande place rectangulaire d’environ 300 mètres de long  pour près de 70 de large,  est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle est bordée par les bâtiments et monuments les plus populaires de la ville. Lire la suite…

Le Datsan d’Ivolguinsk et la légende d’Itigilov

A 23 kilomètres de la ville de Oulan-Oude se trouve le fameux monastère bouddhiste d’Ivolguinsk, qui a longtemps été le centre spirituel et administratif bouddhique du pays,  même à l’époque de l’URSS où de nombreux édifices religieux furent détruits.
Aujourd’hui encore, de nombreux apprentis moines viennent y étudier la philosophie, la médecine, le sanscrit, le tibétain, et les préceptes du bouddhisme venu du Tibet.

Attraction touristique de la République de Bouriatie, le monastère est également connu mondialement pour l’un de ses plus illustres pensionnaires, le lama Itigilov.
En 1927, celui-ci s’est mis en position du lotus pour rentrer en méditation et ne s’est plus réveillé. Lire la suite…

La gastronomie russe: quelques plats incontournables

Délicieux shashlyks

Pour la plus grande partie des étrangers, la cuisine russe se résume souvent au Bœuf Stroganov et au caviar.

Pourtant, la cuisine russe est à l’image du pays, vaste et d’une incroyable diversité.

Cuisine assez lourde en raison du climat rigoureux, la cuisine russe intègre des légumes de saisons, des pommes de terre, des betteraves, des ognons, des fruits rouges, beaucoup de viande ainsi que du poisson et des céréales.

Voici quelques plats typiques de la gastronomie russe, que vous pourrez gouter dans les restaurants russes du monde entier, ainsi que dans la plupart des anciens pays de l’Union Soviétique où la cuisine russe occupe une place prépondérante: Lire la suite…




Google+
Vendre mon site