Un récit sur Vladivostok

« Vladivostok , neige et moussons » c’est le titre de cet ouvrage rédigé par Cédric Gras, un jeune français amoureux de la Russie et grand voyageur, qui a vécu quelques années dans la ville portuaire russe.
Directeur de l’Alliance française de la ville qu’il a contribué à mettre en place, cet universitaire attiré par les destinations lointaines, nous fait partager son expérience de cette ville atypique, emprisonnée dans une baie, à l’ambiance à la fois conviviale et chaotique, son climat, ses jolies femmes…

Vladivostok, terminus du Transsibérien est une destination mythique et un objet de fantasme dans l’esprit de bien des voyageurs. C’est ce que l’on pourrait appeler le « far-east », le bout de l’extrême Orient. C’est également une porte vers le Japon et la Corée, avec de très nombreux Russes originaires de Vladivostok qui travaillent dans ces pays voisins ou qui y font du commerce (notamment dans l’importation de voitures d’occasion des grandes marques asiatiques).
Si de très nombreux voyageurs s’y arrêtent ou en font leur point de départ vers l’Asie centrale et la Russie Occidentale, peu sont ceux qui s’installent vraiment à Vladivostok. C’est là tout l’intérêt de l’ouvrage de Cédric Gras.

Vladivostok, terminus du transsibérien

La gare de Vladivostok

Située à 9300 km de Moscou, la ville de Vladivostok est surtout connue pour être le terminus de la célèbre ligne du transsibérien. Peuplée de près de 600 000 habitants, la ville est également le plus grand port de l’extrême orient russe, entre les golf d’Oussourski et de l’Amourski. La ville a dû son essor à l’arrivée du chemin de fer en 1903 qui a permis de lier à la ville au reste du continent et surtout à la capitale Moscou. La ville a dès lors connu un boum et est surtout devenue la base principale de la flotte navale russe et soviétique. C’est d’ailleurs pour cela que Vladivostok fût interdite d’accès aux étrangers jusqu’en 1992.

En 1985, le réacteur d’un sous-marin explosa, causant la mort de 10 militaires et polluant une partie de la baie de Vladivostok.

Le centre ville, en bordure de mer est constitué de grands et majestueux immeubles  anciens parcourus de grandes avenues, et de quelques squares comme Ploschad Bortsov Revolutsy qui abritent un mémorial soviétique. Sur les collines plus à la périphérie de la ville sont jonchés les blocks soviétiques où loge une grande partie de la population. Lire la suite…

Accident nucléaire au Japon, la Russie menacée?

Alors que le Japon est en train de vivre une catastrophe nucléaire de grande ampleur, les autorité russes sont sur les qui-vive quant à une propagation de nuages radioactifs vers des territoires de la Fédération.

Les îles Kouriles, la presqu’île de Sakhaline et la péninsule du Kamchatka avaient déjà été en état d’alerte en raison des menaces de tsunamis, et des populations avaient ainsi été évacuées des cotes.

Ces mêmes territoires ainsi qu’une partie du continent, notamment la région de Vladivostok, qui avait par le passé déjà connu des incidents liés au nucléaire (dans la baie de Vladivostok), pourraient subir les conséquences de la catastrophe annoncée à la centrale de Fukushima. Lire la suite…




Google+
Vendre mon site